Expérimentation au potager

Dans un article précédent, nous partagions une expérimentation au potager dont le but était de s’approprier de nouvelles techniques de culture. Elle nous a permis d’augmenter notre autonomie alimentaire, de développer la biodiversité ainsi que les échanges et trocs locaux. Au même titre que la production solaire ou éolienne, ce potager est une source locale de liberté et d’énergie de qualité.

59411465_1449977868478761_1250744165071847424_n.jpg

Pour mieux comprendre, voici un schéma de principe de l’agencement du potager.

potager.redimensionne.png

Le potager est découpé en petites parcelles de largeur 0m80 de telle sorte qu’elles puissent être enjambées. Elles ne sont jamais piétinées, des passages permettent de circuler entre les parcelles.

DSC_0195.resized.JPG

Des haies situées au nord protègent des vents froids et limitent l’érosion éolienne. Certaines plantes sont défensives et proposent des petits fruits appréciés des oiseaux.

DSC_0708.resized.resized.JPG

Des arbres, arbustes et fruitiers ont été introduits au potager afin d’attirer les oiseaux et réguler les populations d’insectes. Tout le monde y trouve son compte. A l’automne, les feuilles tombent, couvrent et enrichissent le sol. Pas besoin d’aller à la déchetterie ni d’utiliser un souffleur.

DSC_0237.redimensionne.JPG

DSC_0219.redimensionne.JPG

De nombreux arbres et arbustes ont été reproduits pas semis ou clonage. Un demi mètre carré placé au nord d’un mur a permis d’obtenir des pruniers, noisetiers, pêchers …. par stratification.

DSC_0563.resized.JPG

Ce potager n’attire pas que les oiseaux. Au fil du temps, c’est devenu un espace d’échanges et trocs en tout genre.

DJI_0018-rogn.redimensionne.JPG

La culture d’engrais verts a permis d’améliorer la structure du sol. Certaines plantes sont mellifères et se re-sèment naturellement comme la bourrache.

DSC_0234.redimensionne.JPG

Une des parcelles est réservée au compostage en surface des déchets organiques. Aucun déchet organique n’est jeté, ils sont tous recyclés !

DSC_0323.resized.JPG

Une grelinette permet de travailler le sol en profondeur sans le retourner. Les efforts sont limités surtout s’ils sont pratiqués au bon moment. Les activités permettent de rester en forme.

DSC_0241.redimensionne.JPG

Très peu d’outils sont employés, principalement une pelle, un râteau, un croc, une binette, un arrosoir, un fil, un plantoir, une grelinette qui ressemble à ceci:

DSC_0014.resized.JPG

Les fraises côtoient le trèfle. La densité de culture permet de limiter les apports en eau.

DSC_0291.redimensionne.JPG

Les petits pois préparent la venue de plantes plus gourmandes en azote,

DSC_0287.redimensionne.JPG

comme les épinards par exemple.

DSC_0294.redimensionne.JPG

Les légumes s’apportent une protection mutuelle. Le fait qu’ils soient resserrés limite les arrosages et la propagation des plantes adventices.

DSC_0590.resized.JPG

Parfois, il est nécessaire de réduire la compétition entre les légumes et les plantes envahissantes. Elles sont alors déposées entre les plantes pour couvrir le sol, limiter les arrosages et permettre aux vers de terre de remonter le plus haut possible sans s’exposer au soleil. L’arrosage est très limité, généralement pratiqué au moment du semis ou à la plantation.

DSC_0510.resized.JPG

Le plaisir des yeux ne manque pas.

DSC_0289.redimensionne.JPG

Les fruits non plus.

IMG_20180529_180829.resized.jpg

IMG_20180707_114839.resized.jpg

IMG_20180707_114829.resized.jpg

DSC02254.resized.JPG

Ce potager de 300m2 assure environ 70% de nos besoins alimentaires. Quand aux surplus, ils sont donnés ou échangés.

IMG_20161015_123519.resized.jpg

Comme disait Roger B, on ne rigole pas avec une brouette, on la pousse !

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Haut de page