Maison climatique

Esquisse-Maison.jpg

Nous avons construit un logement compact et non étiré (comme par exemple une maison de plain-pied) afin de limiter les déperditions thermiques. Des pièces tampons comme le garage ont été placés au nord et à l’est afin d’atténuer la progression du froid. La toiture située au nord-est protège des vents froids, elle intègre un bûcher.

maison3d.jpg

Photo-Maison-Nord.jpg

DSC_0715.resized.JPG

Les surfaces vitrées favorisent l’exposition sud sud-est et sud sud-ouest, là où le rendement d’un vitrage est positif (entre 40 et 75 kWh/m2 pour un vitrage peu émissif associé à des volets).

Photo-Maison-300x225.jpg

Pratiquement pas d’ouvertures au nord-est, la taille des fenêtres situées à l’ouest est réduite. La maison est placée sur le terrain de façon à bénéficier de l’ensoleillement depuis le lever jusqu’au coucher du soleil.

ptiwatt_orientation.jpg

Nous avons rapidement procédé à un aménagement paysager. L’idée était de bénéficier d’un ombrage l’été, de se protéger des vents froids au nord et à l’est et d’attirer les auxiliaires au jardin et au potager. L’achat de petits plants en godets sur internet (taille 25 cm) facilite la reprise et diminue les coûts. Ils ont été recouverts de BRF (bois raméal fragmenté) afin de limiter les apports en eau et favoriser la vie du sol. 6 ans après, certains plants atteignent 4 mètres. Les haies piquantes et baies attirent de nombreux oiseaux. Des passages hérissons ont été aménagés dans les tas de bois… Nous constatons la présence de nombreux auxiliaires.

Plantes-paysager-300x199.jpg

Une véranda orientée plein sud est intégrée au logement. Un sol en terre cuite assure le stockage des calories issues de l’ensoleillement passif au travers de baies vitrées. Le déphasage thermique de la terre cuite étant de 12 heures, les calories acquises le jour sont naturellement restituées la nuit. Lorsque le printemps arrive, le chauffage devient gratuit. Il est possible d’acquérir des pavés en terre cuite à des prix abordables directement auprès d’un producteur (Les terres cuites de La Lorne – Ruffec 36).

Sol-terre-cuite-150x150.jpg

Les débords de toits protègent de l’ensoleillement d’été.

ptiwat_solaire_passif.jpg

Financièrement et moralement, c’est pas simple. Nous avons affecté un ordre de priorité à chaque lot en rapport avec le besoin vital ou l’efficience thermique (exemple : l’alimentation en eau ou l’isolation du plafond prioritaire à l’installation d’une éolienne) et repéré ce qui pourrait être réalisé en autoconstruction et décalé dans le temps. En fonction des goûts et des compétences, nous avons réalisé un maximum de travaux en autoconstruction (plomberie, isolation, cloisons, portes intérieures, plafonds, plantation, une partie de l’assainissement, chauffe-eau solaire, récupération de l’eau de pluie, peinture, ferronnerie, VMC…). Les lots restants ont été confiés à des artisans locaux très majoritairement impliqués et soucieux de bien faire. Cependant, nous avons regretté un court instant de ne pas avoir pris un maître d’œuvre lorsqu’un huissier est venu constater les malfaçons relevant pour partie de la garantie décennale. Ce projet ne ressemble en rien à un achat sur plan. Il y a une prise de risque non négligeable. Rien n’est impossible, il faut cependant être en bonne santé physique, morale et être bien accompagné. C’est une solution parmi tant d’autres.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Haut de page