Chauffe-eau solaire en thermosiphon

Un chauffe-eau solaire en thermosiphon assure nos besoins en eau chaude 8 mois sur 12. En Haute-Normandie, nous sommes autonomes en eau chaude solaire du 1er mars au 1er novembre. L’eau chaude solaire alimente le lave-vaisselle et le lave-linge. Ce dernier possède une double entrée eau chaude et eau froide. Adopter le thermosiphon, c’est éviter l’ajout d’une pompe, l’électricité nécessaire à son fonctionnement, un système d’asservissement et donc plus de fiabilité au final. La facture d’électricité est réduite de manière substantielle. Le rendement des capteurs solaires thermiques est de 50%. Nous avons installé 3 capteurs plans de 2,5 m² associés à un cumulus de 400 litres. L’appoint est assuré par un petit chauffe-eau électrique de 100 litres. Il est recommandé de ne pas installer l’appoint électrique dans le cumulus solaire afin de profiter pleinement des apports solaires faisant suite à un ciel couvert.

ptiwatt_solaire.resized.jpg

Les capteurs

Les capteurs sont posés sur un châssis métallique auto-construit orienté sud, avec un angle de 65° (latitude 49°N+16°) dans le sens nord-sud par rapport à l’horizontale pour éviter les surchauffes l’été et favoriser le soleil d’hiver. Dans le sens est-ouest, un angle de 5° assure l’amorçage de la circulation de l’eau dans les capteurs par effet thermosiphon. Le châssis est fixé à deux blocs béton coulés sur place à l’aide de 4 chevilles chimiques.

DSC01572.resized.JPG

DSC_0800.resized.JPG

Le cumulus solaire

Le cumulus solaire est installé au centre du logement et situé un mètre au-dessus du haut des capteurs. Il participe au chauffage du logement. Le circuit primaire est à la pression atmosphérique et donc associé à un vase d’expansion à l’air libre (auto-construit). Le remplissage du circuit primaire est effectué par le bas des capteurs à l’aide d’une pompe et uniquement à froid. Une purge automatique est installée sur le circuit primaire et à l’entrée immédiate du cumulus solaire.

DSC01934.resized.JPG

L’alimentation en eau froide est couplée à trois vases d’expansion sanitaire pour éviter la perte d’eau potable liée à la dilatation des 500 litres d’eau. Cette perte est habituellement constatée au niveau du clapet de sécurité qui s’entarte. Installer le système soi-même, c’est amusant, c’est développer de l’autonomie et les compétences nécessaires à la maintenance, c’est l’assurance d’amortir très rapidement l’investissement (moins de 5 ans en autoconstruction malgré l’absence de crédit d’impôt). Pour l’installer, nous avons bénéficié des conseils de l’association APPER, de ses achats groupés et du contenu du livre « Installer un chauffage ou un chauffe-eau solaire » aux Éditions Eyrolles. Les conseils d’APPER ont été déterminants : nous avons augmenté la surface de captage et redressé les panneaux, cela permet d’augmenter l’autonomie et d’éviter les surchauffes en été.

Bilan

Cette solution assure probablement plus de 70% de nos besoins en eau chaude. En auto-construction, l’ensemble a coûté 2028 euros. Le système n’a fait l’objet d’aucune subvention. Il fonctionne depuis 2008 et donne totale satisfaction.

solaire_2.jpg

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Haut de page